L’objectif de cette innovation est d’assister le soldat pour le port et la manipulation de charges lourdes, décuplant ainsi son endurance. Elle constitue une première européenne. Trois atouts majeurs le distinguent des prototypes concurrents d’exosquelettes américains ou japonais : une grande autonomie, la fluidité des gestes qu’il autorise et l’absence de capteurs ce qui facilite sa mise en place sur l’utilisateur. Ces caractéristiques techniques lui permettront d’être utilisé aussi bien dans le domaine militaire, au profit des fantassins et des artilleurs par exemple, que pour des applications civiles dans le secteur médical, le BTP, la sécurité, la logistique…